Un jour à la fois

Combien de temps faut-il pour oublier ? Certaines personnes n’oublient jamais rien. Je donnerai tout pour zapper certaines périodes. 

Je crois qu’on peut vivre avec la honte, tant qu’elle n’a pas grandement bouleverser votre vie. Et puis la honte est commune à chacun. Mais la peine, c’est autre chose. La peine aussi est commune à chacun. Mais elle est tellement intime, tellement tue, qu’au final, même si on peut imaginer ce que ressentent les autres parce qu’on aura vécu une situation similaire, on ne comprendra jamais pleinement la peine de l’autre. Parce qu’elle fait souvent écho à des blessures plus anciennes dont on ne saura jamais saisir la dimension.

Combien de temps faut-il pour oublier ? Les premiers fretillements, les premiers sourires, les premiers mots… et tout le reste ? Combien de temps pour ne garder que la réalité, ce qui a vraiment été, pas juste des souvenirs romancés, entachés de nostalgie ?

Combien de temps faut-il pour oublier le nom, le numéro, l’adresse ? J’ai pris mon agenda, j’ai tourné les pages, j’ai vu le temps qu’il restait, tous ces jours où il faudrait encore vivre avec, ou plutot vivre sans. Trop de temps.

Combien de temps faut-il pour oublier ? Un jour à la fois. Et chaque jour sans rappeler, sans supplier, est une victoire. Un pas vers l’oubli. En tout cas vers l’avenir.